AFIN DE SAUVER LES HÔPITAUX, LES SERVICES PUBLICS, LE MONDE RURAL, LES DROITS DES TRAVAILLEURS ET LA DÉMOCRATIE : SORTIR DE LA CINQUIÈME RÉPUBLIQUE !

Hôpitaux, maternités et services publics fermés ; jeunesse condamnée à la précarité ; chômeurs par millions ; droits des femmes niés ; disparition du monde paysan ; manque de logements sociaux ; système éducatif en décomposition… Nous vivons une situation chaotique que, grâce aux combats de nos aînés, nous avions crue abolie à jamais.

DROITS, DÉMOCRATIE,
TOUT EST À RECONQUÉRIR !

Cette remise en cause des droits a culminé sous le gouvernement Hollande-Valls avec la loi « El Khomri », rejetée par des millions de grévistes soutenus majoritairement par la population, et qui a entamé la destruction du Code du travail.

Les plus de 16 millions d’abstentions, bulletins blancs ou nuls du 7 mai indiquent clairement que seule la division a permis l’élection de Macron. Or, cet artisan déterminé de la loi El Khomri, adepte du viol de la démocratie par l’utilisation de l’article49-3, s’est engagé à l’aggraver encore davantage, afin de pouvoir imposer aux chômeurs n’importe quel emploi, quitte à perdre 25 % de leur salaire initial !

De plus en plus loin et de plus en plus fort contre la masse du peuple, au profit de la seule grande finance dont il est le fidèle serviteur, Macron s’est engagé à en finir avec notre système de retraite par répartition, un système qui a pu dès sa création assurer une retraite décente à nos anciens, alors que la France était ruinée au sortir de la seconde guerre mondiale !

Un système de retraite qui est le seul qui ne risque jamais de tomber en faillite alors même qu’il assure, lui et lui seul, la solidarité entre les générations !

Nous sommes arrivés à un stade où la baisse du prix d’achat de la force de travail exigée par le Capitalisme est devenue tellement inacceptable pour les salariés qu’elle ne peut plus leur être imposée par des moyens « démocratiques ». Voilà pourquoi Macron a promis aux capitalistes de gouverner autoritairement dès cet été, sans même consulter le Parlement, en utilisant la voie anti-démocratique des ordonnances.

Macron, c’est Hollande en pire, Sarkozy en pire, El Khomri en pire !

Mais, ni vaincue ni résigné, la population laborieuse préservera et reconstruira ses organisations pour pouvoir reconquérir ses droits…

Notre candidature va dans ce sens : promouvoir la nécessité, aujourd’hui comme hier, de la construction

d’un authentique parti ouvrier !