LES PREMIÈRES MESURES D’URGENCE D’UN GOUVERNEMENT OUVRIER

Un gouvernement ouvrier abrogera la loi NOTRe pour restaurer la libre administration des communes. Pour stopper leur pillage, prétendument justifié par le déficit de l’Etat, il dénoncera le traité de Maastricht qui, à la suite de la loi Balladur, a contraint l’état à creuser ce fameux déficit pour gaver les banquiers depuis 1973 : la dette accumulée depuis cette date sera déclarée illégitime et son remboursement sera stoppé. Ce gouvernement reprendra le contrôle de la création monétaire, nationalisera les banques et leur fera accorder des prêts sans intérêt aux communes et aux départements, pour relancer la construction de logements sociaux, relancer la consommation, financer l’agriculture paysanne, réaliser un plan de développement au service de l’immense majorité de la population !

  • Ce gouvernement retirera les troupes militaires françaises impliquées partout dans le monde dans des guerres jetant sur les routes, souvent vers la mort, parfois dans les bras des fondamentalistes religieux, des millions d’êtres humains. Il baissera sensiblement le budget militaire en déclarant la fin des opérations militaires extérieures
  • Il utilisera les milliards versés aux patrons, aux banques et à la guerre pour restaurer le droit à la santé et financer les hôpitaux, le droit aux études, l’accès à la culture.
  • Il rétablira le code du travail, abrogera la loi El Khomri et interdira les licenciements et les délocalisations, au lieu de les financer.
  • Il établira dans les faits l’égalité des droits pour tous, quelque soit le sexe, l’âge, le handicap.
  • Il rétablira la Sécurité sociale de 1945, fondée sur le seul salaire différé, qui seule peut garantir les travailleurs et leur famille contre les risques et aléas de toutes natures.
  • Il abrogera les contre-réformes qui, de Balladur à Hollande, ont remis en cause les régimes de retraite. Il abrogera la loi Touraine qui détruit l’hôpital public.
  • Il en finira avec la ruine planifiée de l’école publique et laïque par l’abandon de la désastreuse réforme des rythmes scolaires et de celle du collège, bref, il en finira avec la mise en place d’une école territoriale en lieu et place d’une école Républicaine, il commencera la reconquête d’une école qui instruise.
  • Il rétablira le monopole public de la SNCF, de La Poste, d’EDF-GDF contre les fermetures de bureaux de poste, contre la dégradation du réseau ferroviaire, pour distribuer l’énergie à tous au moindre coût.
  • Parce que l’emploi de centaines de milliers de salariés en dépend, il renationalisera les entreprises qui ont été privatisées.

Voilà pourquoi,
pour le gouvernement ouvrier,

pour la démocratie, pour la République,
pour le socialisme,

nous sommes engagés dans la construction d’un parti ouvrier.